groupe folklorique arts et traditions populaires Les Frontieres de haute Tarentaise

Nos activités liées à la terre et à ses travaux quotidiens

La confection des balais

De façon traditionnelle, nous pourrons vous apprendre à fabriquer une "Roumache" : terme en patois local qui désige un balai. Celui-ci servait à nettoyer le plancher de l'écurie ou de la grange.

fabrication de roumaches

Ramassées à l'automne, car plus sèches, ce sont des branches de Bouleau ou d'Arcosses, qui étaient utilisées pour le confectionner.

Taillées au couteau et en parties dépouillées de leurs feuilles, ces branches étaient attachées à un manche par un lien du même arbuste.

La confection et la réparation de ces Roumaches, étaient l'une des actvités et "petits" travaux effectués pendant l'hiver, le plus souvent pendant les veillés. A l'heure où la télévision et le cinéma n'existaient pas encore pour animer les soirées, la veillée était à l'époque, un des rares moments de distraction que les gens s'accordaient. C'est dans la chaleur de l'étable, ou autour du fourneau, que les hommes en profitaient pour réparer leurs outils

Le battage du blé

battage du blé

Ce sont munis de fléaux en bois que nous battons le blé.

Les grains ainsi « détachés » de leurs épis, sont ensuite « nettoyés » par leur passage dans le « vent » (entièrement en en bois pour les plus anciens, ou en bois et métal pour les plus récents …)

Autrefois, le battage du blé pouvait se faire au rythme de chanson … « Quand moun grand pare s’énâve soun avèna… »

battage du blé

Les foins

foin

Malheureusement, les rigueurs de l’hiver dans nos montagnes ne permettaient pas d’avoir du fourrage pour toute l’année. C’est pourquoi, de l’été à la fin de l’automne, alors que les bêtes « s’engraissaient » d’herbe fraîche en alpage, les hommes eux, devaient faire provision de foin pour l’hiver…

Fauché (c'est-à-dire coupé à la faux), séché puis ramassé, le foin était ensuite rassemblé en un tas appelé « Barillon ».

Celui-ci est appelé botte ou balle dans d’autres régions. Ainsi, entre 30 et 40 kg, suivant la sècheresse du foin, étaient « ficelés » à l’aide d’un « Trappon » : 2 barres de bois reliées par 2 cordes, qui permettaient de mettre le Barillon en forme, et de le maintenir ainsi.

foin foin

Lors de nos animations, nous expliquons la confection de ces Barillons, et proposons au public d’y participer…

La lessive

En animation de rues ou même en défilé, nouv vous pouvons vous faire participer à la lessive...

lessive lessive

Laver le linge à la main, comme le faisaient nos arrières grands-mères…

…même les plus jeunes de nos membres savent le faire…